naar top
Menu
Logo Print
07/01/2019 - ALGEMEEN REDACTIE

Appretissage dual

Apprentissage dual, quel interêt pour vous?

60% des competences professionnelles peuvent etre acquises en entreprise

Combiner les connaissances techniques apprises à l’école et les compétences et aptitudes acquises en entreprise. Voilà la meilleure combinaison possible pour apprendre un métier aux jeunes. Des experts le soupçonnaient il y a des décennies et ont alors mis cette approche en pratique. Ils ont peu à peu découvert que 60% des compétences professionnelles exigées pouvaient être acquises en entreprise. La combinaison école et apprentissage en entreprise est donc excellente. Dans notre pays, elle existe déjà sous la forme de contrats d’apprentissage. Il y a deux ans, le nouveau système d’‘apprentissage dual et travail’ est venu s’y rajouter.

Concept

L’apprentissage dual n’est plus complètement nouveau chez nous non plus car à la fin de cette année scolaire déjà, les premiers jeunes ayant suivi ce trajet seront diplômés. Il s’avère pourtant qu’aujourd’hui encore, trop peu d’entreprises apprennent à connaître le concept d’apprentissage dual. Ce n’est pas vraiment étonnant car la limite entre les notions de contrat d’apprentissage, d’apprentissage dual et d’apprentissage en entreprise n’est pas toujours claire. En fait, cela n’est pas non plus nécessaire pour l'entreprise d’offrir à un jeune une place de stage ou de travail. Ces notions partagent une base commune: le jeune combine une formation scolaire et une formation en entreprise. Vue d’ensemble des possibilités de l’apprentissage dual.

L’apprentissage dual reunit l’offre et la demande

Début 2017, le gouvernement flamand a lancé le nouveau système d’apprentissage dual et travail. Dans ce cadre, des jeunes à partir de 15 ans combinent ‘l’apprentissage à l’école’ et ‘l’apprentissage en entreprise’. Dans le cas de l’apprentissage dual et travail, les compétences sont acquises pour la plus grande partie en entreprise. Dans l’apprentissage, l’élève peut ob­tenir une qualification d’enseignement, à savoir un certificat d’enseignement secondaire de deuxième ou troisième degré ou un diplôme d’enseignement secondaire de troisième degré. Le dispensateur d’enseignement (CLW, école à temps plein, Syntra …) est habilité à délivrer la qualification professionnelle et/ou d’enseignement en cas de réussite. En juin 2018, les premiers élèves ayant suivi ce système seront diplômés. Il est probable que beaucoup de ces jeunes de 17 et 18 ans restent dans l’entreprise où ils ont suivi le trajet d’apprentissage dual. L’entreprise d’apprentissage sera ainsi aussi leur premier employeur.
Un concours de circonstances bienvenu, pour l’entreprise d’apprentissage comme pour le jeune diplômé. La raison? Via ce trajet, les jeunes obtiennent un diplôme et trouvent assez facilement un emploi. Les bouchers trouvent, eux, un collaborateur, qu’ils ont de plus en bonne partie formé eux-mêmes et connaissant leur entreprise. Une combinaison fructueuse. 
Toute forme d’apprentissage en entreprise – ainsi que l’apprentissage dual – a un atout de taille: elle réunit et résout deux problèmes sur le marché de l’emploi, à savoir: un jeune quittant l’école sans diplôme ne trouvera que difficilement, voire pas de travail et de nombreux postes vacants dans l’industrie alimentaire sont difficilement remplis.
L’apprentissage dual apporte la solution: un jeune ayant suivi le trajet d’apprentissage dual avec succès est dans la plupart des cas quasiment certain de pouvoir travailler dans son entreprise d’apprentissage ou une autre firme du secteur concerné.

Resultats mitiges

De bons chiffres

L’apprentissage dual a été introduit il y a deux ans et s’inscrit dans le cadre plus large de l’apprentissage en entreprise. Les plus âgés ont beau considérer encore parfois ces formules avec une certaine pitié, les jeunes combinant bancs de l’école et travail en entreprise peuvent présenter des résultats dont même des personnes hautement qualifiées ne peuvent que rêver. On trouve un des chiffres à ce sujet dans le rapport sur les jeunes ayant quitté l’école répertoriant notamment combien de ces jeunes ne travaillent pas encore après un an. La moyenne générale (tous les jeunes ayant quitté l’école) est de 11%. Elle est de 37,5% pour les non qualifiés, encore de 12,9% pour l’ESG troisième degré et seulement de 9,9% pour les jeunes ayant suivi un trajet d’apprentissage. Une explication, c’est que les jeunes suivant un tel trajet font savoir très jeunes qu’ils sont prêts pour le marché de l’emploi. Le rapport des jeunes ayant quitté l’école révèle aussi que bon nombre de jeunes ayant suivi un trajet d’apprentissage deviennent indépendants relativement rapidement. Une excellente pépinière pour l’afflux d’une nouvelle génération d’entrepreneurs.

Et de moins bons chiffres ...

Tout ce qui brille n’est cependant pas or. Le nombre d’élèves suivant aujourd’hui un trajet d’apprentissage dual en Flandre reste pour le moment réduit, voire très réduit. En chiffres absolus: 480 (2018).

Les raisons:

  •  jusqu’ici, trop peu d’élèves sont encore dirigés vers cette orientation et
  •  le trajet d’apprentissage dual n’existe pour le moment que dans un nombre limité d’orientations et pas dans d’autres.
    Par exemple: dans le secteur alimentaire, mais pas dans le secteur vert. 

L’apprentissage dual dans la pratique
De quoi s’agit-il?
Dans un trajet d’apprentissage dual, un étudiant combine l’école et le travail dans une entreprise d’apprentissage.

Pour qui?
Les jeunes entre 15 et 25 ans. Ils doivent au moins avoir bouclé les deux premières années de
l’enseignement secondaire.

 Qui fait quoi?
L’école ou Syntra informe l’élève et les parents des possibilités du trajet et des compétences exigées que l’élève doit acquérir pendant le trajet d’apprentissage dual dans l’entreprise d’apprentissage.
L’entreprise d’accueil peut se révéler dans le trajet d’apprentissage dual et travail en tant
qu’entreprise d’apprentissage. Les conditions pour pouvoir porter la casquette d’entreprise d’apprentissage:
1. vous devez disposer de quelqu’un pouvant/voulant accompagner le jeune pendant son
apprentissage: un mentor agréé;
2. vous devez demander une reconnaissance via www.werkplekduaal.be;
3. vous devez avoir suffisamment de moyens financiers;
4. vous ne devez pas avoir subi de condamnation.

Une instance de formation ou un formateur reconnu par le SPF Travail forme un collaborateur de l’entreprise d’apprentissage au rôle de mentor, s’engageant à accompagner l’élève pendant son travail dans l’entreprise. La formation s’articule autour de quatre piliers:
1. communiquer: comment communiquer efficacement en tant que mentor;
2. coacher et faire grandir: la confiance dans le ‘coaché’;
3. observer et noter: tenir des notes et suivre;
4. établir le plan de formation;

Le mentor doit:
1. avoir au moins 25 ans;
2. avoir au moins cinq années d’expérience;
3. avoir un comportement irréprochable.
Une entreprise d’apprentissage candidate peut contacter l’école ou Syntra.

Rémunération
• Première année de la formation en alternance: 453,20 euros par mois.
• Après avoir bouclé la première année avec succès: 500,10 euros.
• Après avoir bouclé la deuxième année avec succès: 539,10 euros.

POUR EN SAVOIR PLUS
www.werkplekduaal.be
www.onderwijs.vlaanderen.be/nl/duaal-leren